chasse-sauvagine

bienvenue dans le monde des sauvaginiers!!
chasse-sauvagine

la passion du gibier d'eau

vous pouvez trouver la carte windmig migration meteo sur le portail du forum

La chasse en bateau dans l'estuaire de la Loire ( 2ème partie )

Partagez

papydou35

Messages : 3145
Date d'inscription : 11/03/2010
Age : 62
Localisation : bretagne

La chasse en bateau dans l'estuaire de la Loire ( 2ème partie )

Message par papydou35 le Lun 5 Avr - 18:17

Avant de continuer mon récit, un peu de législation et de règles pour pratiquer cette chasse.
Avoir son permis validé bien sur,
Une autorisation de chasse en bateau délivrée par les affaires maritimes,
La carte de l'asso qui gère le territoire,
Seulement deux fusils à bord et limité a deux chasseurs maxi.
A chaque déplacement moteur en marche, armes dans les housses ou démontées.
Avant l'ouverture générale, l'entrée sur le territoire devra se faire avec la dernière marée requise permettant l'installation du poste.
Avant le dépard, consultation de la météo, car le brouillard est l'ennemi numéro un pour se repérer sur le fleuve. Il est indispensable d'avoir au moin une boussole.
Si une tempête est annoncée, la destination, et la façon de chasser changera.
Pour une ouverture le dépard se faisait la veille.
Avant de partir, coupe de genêts pour préparer la cache du bateau.
Rendez vous avec les copains au port le plus proche du lieu de chasse.
Mise à l'eau du bateau. Puis chargement du matériel. Dès que la marée le permet, dépard et route vers le lieu de chasse.
En sortant de l'étier du port les premiers paquets de colverts se lèvent.
Sortie dans l'estuaire et là le spectacle continue, quelques sarcelles volent en plongeant au ras de l'eau, des milouins, se tiennent à l'écart ,
Des souchets volent au milieux des halbrans, de jeunes tadornes plongent devant le bateau pendant que la canne nous emmène au large feignant d'être blessée.
Les vasières sont encores découvertes et les cris des courlis, avocettes et autres limicoles, se font entendre malgré le bruit du moteur.
Au bout de 30minutes, nous arrivons en vue de notre destination, une grosse canche, baptisée du nom de la ville en face de nous.
Nous cherchons le passage grace aux repères visuels que nous avons en tête , puis prudemment nous entrons dans cette énorme gouline pour pouvoir pénétrer dans le dédale de roseaux.
Il faut pas se louper, car en dehors de ce passage il y a que quelques centimètres d'eau, l'échouage est la sanction immédiate de la méconnaissance du terrain !!!..... Les gardes de l'office en ont fait plusieurs fois les frais et rebroussent vite chemin, préférant les controles en pleines eaux !!!!!
Quelques petits malins pas trop réglos avaient été jusqu'à mettre du barbelé dans certain endroits et des fer à bétons pointus, piqués face à l'entrée , en bordure du passage !!! Un zodiac en a fait les frais. Heureusement d'autres boudins restent gonflés !!!
Nous coupons les moteurs et une pause "Mousse" est la bienvenue !!
Réunion de crise et plan d'occupation des lieux est la priorité. Le choix des places étant décidé, l'installation peu commencer.
Repérage des goulines, sorte de passage pour l'évacuation de l'eau, pour échouer le bateau au fond afin d'être plus facilement dissimulé à marée basse.
Nous plantons la gaffe pour le repérage.
***Préparation de la cache du bateau.
Un des deux matelots est largué dans les roseaux pour une coupe suffisante pour cacher le bateau.
Le deuxième matelot, pendant ce temps, place les formes et les appelants à bonne distance en tenant compte du vent bien sur, de la nature du terrain, du lieu de passage des coincs, et en aménageant des zones de poses.
Les zones de placements ont été repérées avant et nous plaçons nos blettes de manière à ce qu'à marée basse elles soient sur de la vase très molle et brillante, que nous appelons " mirroir". Une cinquantaine de plastique sont mis en place.
Comme c'est pour une ouverture, nous mettons des appelants vivant en place, mais uniquement du colvert.
Retour à la place choisie , avec à bord le matelot et sa cargaison de roseaux, gare aux coupures !!!
Sur la photo du bateau, on voit l'armature en alu, donc nous plions les roseaux au tier de leur longueur et nous plaçons les petits paquets les uns à côté des autres pour faire un mur végétal. pour maintenir le tout en place et bien plaquer ces plantes le long de la coque, nous utilisons des élastiques de chambres à air mises bout à bout.Le mimétisme est parfait.
Une fois la cache réalisée en laissant l'arrière ouverte, nous plantons dans la vase les pieds de genets autour du bateau pour cacher le bas de la coque.Ces genêts resterons en place toute la saison servant de repères et serons renforcés régulièrement par des frais.
En cas de tempête tout disparais , c'est la cata quand tu arrives, car tes repères sont à reprendre et la cache est moins belle, car moin fournie.
Rangement, nettoyage du bateau, base d'une chasse organisée et sécuritaire.
L'arrière du bateau est fermée par du filet de camouflage, permettant l'entrée et la sortie sans abimer la cache.
Le pousse pousse est mis dans l'annexe le long du bateau et couvert d'un filet.
La détente arrive et l'apéro est annoncé, c'est l'ouverture et la fête s'impose !!!
Le gueuleton est gentiment préparé : au menu du melon, civet de garenne, patates nouvelles, un petit fromage et une petite crème dessert . Repas léger c'est un soir !!!.
Le soleil se couche doucement et nous voyons les premiers canards qui reviennent papillonner sur nos blettes, certains se posent déclanchant une raffale de nos canes dérangée en pleine toilette.
Nous épaulons instinctivement de nos doigts repliés, mais rien ne tombe. L'attente commence !!!
Les nerfs sont à vifs et la nuit va être longue, les oiseaux sont très nombreux et le quotas de 6 par tireurs ( 12 par bateau) risque d'être vite atteint. Heureusement il y a quelques sarcelles, souchets, Vanneaux et limicoles qui sauront nous tenir en haleine ( Eh oui JOJO encore elle!!!)
Nous nous allongeons parmis les feuilles de roseaux restantes, collés à nos fusils, écoutant le chant des canards, la complainte des ragondins
grognants parfois pour éloigner le rival trop entreprenant.
Nos rêves les plus fous occupent les brefs moments de sommeils ......
Je vais arrèter là pour la deuxième partie et vous donne rendez vous pour la suite de cette expédition ....
Kenavo à tous .Papydou35.
avatar
raffaleur
webmaster
webmaster

Messages : 75894
Date d'inscription : 04/07/2009
Age : 52
Localisation : pas de calais

Re: La chasse en bateau dans l'estuaire de la Loire ( 2ème partie )

Message par raffaleur le Lun 5 Avr - 18:24

:bounce: la suite ,la suite !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


_________________
huttier de l'extréme
black cat attitude What a Face

    La date/heure actuelle est Ven 15 Déc - 7:25